Présidence

L’Etat se donne six mois pour mettre fin à l’insécurité

Les dirigeants malgaches l’ont reconnu. En conseil des ministres, le président de la République, a constaté que « Malgré les efforts déployés sur le terrain, il semble que les dispositifs et les mécanismes en place trouvent leurs limites pour endiguer et éradiquer ce fléau ». Cela, en rapport notamment à la reprise des attaques à mains armées, les kidnappings récurrents en ville comme dans les campagnes, notamment ces derniers jours.

Ceci est une « défiance à l’égard de l’autorité de l’Etat », lance Andry Rajoelina devant les ministres. En effet, les malfaiteurs osent braver les forces de l’ordre à des heures de pointe au sein des grandes agglomérations au vu et au su de tous. « Il est temps de mettre fin à cette situation », a indiqué le chef de l’Etat. Il s’est alors fixé un objectif de six mois pour qu’il y ait un nouveau visage de la sécurité à Madagascar.

En attendant la mise en place des nouvelles structures pour lutter contre l’insécurité comme les forces spéciales, qui relève de la promesse présidentielle, le gouvernement entend déployer tous les moyens disponibles pour démanteler les réseaux qui montent de véritables opérations commando en pleine ville et des actes de terrorisme dans les campagnes comme à Tsaratanàna où une femme a récemment été enlevée par les malfaiteurs pendant quelques jours. La crédibilité de la parole publique et de l’efficacité de l’Etat en dépendent.

Le rapport du conseil des ministres de jeudi apprend que « Des mesures ont déjà été adoptées et appliquées antérieurement, sous la direction du Premier ministre, pour lutter contre le kidnapping. Des instructions ont été données au ministère de la Justice ainsi qu’aux différentes forces de l’ordre, dans la lutte contre le grand banditisme et la grande criminalité. Des résultats ont été constatés à l’issu de ces nouvelles dispositions ».

Le renforcement des dispositifs et du système de sécurité en place a également été évoqué. Les ministres de la Défense nationale, le ministre de la sécurité publique ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale ont exposé leurs stratégies respectives et les mesures urgentes qui doivent être prises pour renverser la tendance croissante de l’insécurité à Madagascar d’une manière générale et dans nos villes en particulier. La peur doit changer de camp, selon la consigne d’Andry Rajoelina.

D’autres mesures dites « drastiques » ont également été annoncées lors de ce conseil des ministres. Elles concernent entre autres, « la mise en place d’un système de renseignements efficace par le renforcement des échanges d’informations entre les forces de l’ordre et le ministère de la Justice, l’adoption d’une politique pénale sévère dans la lutte contre l’insécurité et surtout en matière de kidnapping, de banditisme en ville et dans nos campagnes, mettant en exergue la direction des enquêtes judiciaires et les réponses pénales ».

Il était également question de « mobilisation et coordination de toutes les forces de l’ordre pour la mise en place d’un système de quadrillage des villes particulièrement la nuit et ce, afin de rassurer la population pour instaurer un climat général de sécurité ». La création de prisons spécialisées de « haute sécurité » pour incarcérer les auteurs des infractions liées à l’insécurité notamment en matière de crimes de sang, de vols de zébus, d’attaque à mains armées et le démantèlement des réseaux de kidnapping sont aussi envisagés.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s