Africa 2020 : la participation de Madagascar vient d’être annoncée

En 2017, peu après son élection, le président de la République française, Emmanuel Macron, avait annoncé la création en 2020 d’un événement appelé Africa 2020. Celui-ci se présentera sous la forme d’une saison culturelle pour promouvoir 54 pays africains et leurs artistes. Le 25 mars, la participation de Madagascar à cet événement a été annoncée par l’Institut français de Madagascar (IFM).

Une occasion de revaloriser l’image culturelle de l’Afrique

Africa 2020aura donc lieu en France, sans doute tout au long de l’année et sur tout le territoire, même si aucune date et aucun événement n’ont encore été précisément annoncés. Pour les 54 pays africains qui participeront, dont Madagascar, depuis hier, c’est une occasion inédite de valoriser ou de revaloriser l’image culturelle de l’Afrique à l’étranger.

Plus encore que de valoriser la culture du continent, c’est aussi l’occasion pour chaque pays de faire découvrir sa culture unique à des Occidentaux qui en savent souvent très peu sur les différences culturelles entre les différents pays. Madagascar, de par son statut d’île isolée du continent, bénéficie d’une culture riche et singulière que le gouvernement local a hâte de partager en France.

Une joyeuse initiative pour le tourisme

Les professionnels du tourisme n’ont pas caché leur engouement pour cette manifestation qu’il considère comme une joyeuse initiative pour l’industrie touristique du continent tout entier et pour ses habitants. Depuis quelques années, le visa pour Madagascarest très facile à obtenir et la démarche peut être faite en ligne pour obtenir un eVisa. Une évolution que l’île a encouragée pour favoriser le tourisme.

Effectivement, le tourisme est un moteur important de développement pour ce continent qui a trop souvent dépendu des investissements étrangers qui ont presque toujours mené à une spoliation des richesses de chaque pays. Le tourisme, s’il est bien maîtrisé et qu’il est pratiqué de manière responsable, peut aider certains pays à améliorer les conditions de vie de leurs citoyens sans compter systématiquement sur des investissements étrangers.

De très nombreuses disciplines artistiques seront représentées

Africa 2020 mettra donc en lumière les artistes africains de 54 pays éparpillés sur le continent, mais cet événement n’aura pas pour objectif de mettre en lumière certaines œuvres majeures de l’art primitif que l’Afrique a offertes au monde en grand nombre. Au contraire, cet événement veut promouvoir des artistes contemporains ou récents pour montrer aux visiteurs des différentes expositions toute la richesse actuelle d’un continent immense et en plein développement.

C’est grâce à cet esprit que la manifestation Africa 2020 a décidé de ne pas se limiter aux Beaux-Arts et aux œuvres les plus classiques. La peinture, la sculpture et la musique seront dignement représentées évidemment, mais ce sera également le cas du cinéma, de la danse, du cirque, du théâtre, de la littérature, et même du jeu vidéo, de l’architecture, de la cuisine, de la mode et du design. Bref, toute la culture africaine aura sa place à Africa 2020.

Les sciences seront également les bienvenues

Cependant, si la culture représente une part essentielle de l’identité d’un lieu, d’un continent et d’un pays, elle n’est pas la seule à favoriser le dynamisme de certaines régions et à entraîner avec elle le développement général de l’économie africaine et des pays qui la composent. Voilà pourquoi Africa 2020 a également fait le choix de présenter au public de nombreux scientifiques et leurs travaux, pour prouver que l’Afrique occupe aujourd’hui une place importante dans le monde.

Parmi tous les domaines scientifiques dans lesquels les pays africains apportent leur contribution, on trouvera surtout celui des nouvelles technologies, notamment celles de la communication, mais également celles du développement durable. Les initiatives entrepreneuriales seront également mises à l’honneur pour permettre à certains jeunes patrons ambitieux de se faire remarquer et de rencontrer certains investisseurs du monde entier.

L’objectif d’Africa 2020, tel qu’il a été présenté, sera d’offrir un espace public et visible aux Africains et à leur point de vue sur le monde actuel. Le continent africain est arrivé à un stade de son développement qui en fait un partenaire économique incontournable pour tous les autres pays du monde. Africa 2020 sera donc l’occasion pour la France de resserrer ses liens avec le continent et d’offrir aux investisseurs, aux patrons et aux curieux de mieux comprendre ces 54 pays.

Publicités

Politique générale de l’Etat

Andry Rajoelina se fixe quatorze priorités dont « la paix et la sécurité »

La très attendue, la politique générale de l’Etat, a été présentée lors du conseil des ministres dirigé par le président de la République jeudi dernier à Iavoloha. Le document « donne les directives et les trajectoires pour l’atteinte des objectifs de l’émergence afin de bâtir une nation forte, prospère et solidaire », a déclaré Andry Rajoelina lors de sa présentation. En quatre pages, il résume les grandes lignes du programme et donc les priorités du président malgache dans l’atteinte de ses promesses électorales et de ses grands défis de développer le pays.

Poursuivre la lecture « Politique générale de l’Etat »

Présidence

L’Etat se donne six mois pour mettre fin à l’insécurité

Les dirigeants malgaches l’ont reconnu. En conseil des ministres, le président de la République, a constaté que « Malgré les efforts déployés sur le terrain, il semble que les dispositifs et les mécanismes en place trouvent leurs limites pour endiguer et éradiquer ce fléau ». Cela, en rapport notamment à la reprise des attaques à mains armées, les kidnappings récurrents en ville comme dans les campagnes, notamment ces derniers jours. Poursuivre la lecture « Présidence »

Rizières de Betafo

A Madagascar la culture du riz est un savoir faire, comme le prouve les rizières en terrasse de Betafo

Du fait de sa position centrale, vous passerez sûrement à Antsirabé lors d’un voyage à Madagascar. Après avoir visité la ville, n’hésitez pas à découvrir les environs, qui méritent bien 1 à 2 journées d’excursion. Le programme décrits dans cette article nous aura en effet occupé 2 journées : la première pour les lac Andraikiba et Tritriva, et une seconde pour Betafo.

Activité cyclonique

Forte activité sur le nord de Madagascar et l’archipel des Comores

20180306-3

 

En marge du cyclone tropical DUMAZILE, Le renforcement de l’activité convective dans la zone de convergence intertropicale sur le nord du canal du Mozambique, induit une dégradation pluvio-orageuse dans ce secteur. Une vigilance fortes pluies est en cours à Mayotte depuis 8h locales.

Le cyclone tropical DUMAZILE ne s’est pas encore totalement évacué que déjà des suspicions de cyclogenèse commencent à poindre. Selon le Centre Météorologique Régional Spécialisé de la Réunion, le potentiel de cyclogenèse pourrait de nouveau être en hausse la semaine prochaine.

DUMAZILE à 400km au sud sud-ouest de la Réunion

A 16h (heure Mascareignes), le cyclone tropical DUMAZILE était localisé autour des points 24.7 Sud / 53.9 Est soit à environ 400 km au sud sud-ouest de la Réunion. Il se déplaçait en direction du sud-est à la vitesse de 17 km/h. La signature satellitaire du météore continue de se détériorer sous l’effet grandissant d’un cisaillement d’ouest à ouest nord-ouest.

dumazile-mf-7

Prévision trajectoire et intensité DUMAZILE 06/03/2018 à 12z ©Météo France

Malgré l’éloignement et l’affaiblissement du météore, les îles principales des Mascareignes sont encore impactées par le passage de bandes pluvieuses. Néanmoins, les conditions météorologiques devraient continuer de progressivement s’améliorer à la Réunion et Maurice au cours des prochains jours, au fur et à mesure que les restes de DUMAZILE s’éloignent vers les latitudes extra-tropicales.

Zone dépressionnaire au sud-ouest des chagos

Une zone de basse pression associée à une activité convective non négligeable attire l’œil du côté de Diego Garcia. Si actuellement, rien de concret ni de significatif ne saute aux yeux, les tendances des prochains jours laissent supposer que l’activité cyclonique dans le bassin sud-ouest de l’océan indien, pourrait ne pas s’arrêter avec la fin de l’épisode DUMAZILE.

Pour le moment, les conditions dans cette zone sont encore défavorables à la cyclogenèse. D’une part, l’environnement est fortement cisaillé, avec la présence d’une contrainte de secteur sud-est. D’autre part, la présence de DUMAZILE a pour effet de dévier le flux d’alizé, qui du coup dégrade la convergence de basse couche côté polaire.

pilipily

 

Economie de janvier 2018

Le Tableau de Bord de l’Économie n° 30 du mois de janvier 2018 est conçu de manière à faire ressortir les données conjoncturelles des quatre principaux secteurs de l’économie malagasy, à savoir : le secteur réel, les finances publiques, le secteur monétaire et le secteur extérieur. Les graphiques et tableaux réunis dans ce document permettent de retracer l’essentiel des tendances sectorielles durant les vingt-quatre derniers mois.

Les thèmes suivants : la croissance économique, les prix, l’emploi, les finances publiques, le secteur monétaire, le secteur extérieur, le secteur des transports, et enfin le secteur du tourisme, sont traités successivement.

Ce document ne présente aucune interprétation sur les données qu’elle offre mais servira d’outil de base d’analyse à chaque conjoncturiste, décideur ou autre utilisateur.

Afin d’apprécier les chiffres à leur juste valeur, les métadonnées de certains indicateurs sont disponibles à la fin du document.

Indicateurs économique

instat_tbe30-01-2018

Corsair : une pétition pour sauver sa ligne vers Madagascar

 

boeing_747-422_corsair_international_f-hsea_14232342585-750x430

Isolée face à la nouvelle alliance entre Air Madagascar et Air Austral, Corsair appelle les internautes à l’aider à sauver sa liaison régionale entre la Réunion et Air Madagascar.

Depuis le 30 novembre 2017, Corsair fait face à des difficultés dans le cadre de ses droits de trafic Réunion-Antananarivo. Une ligne qu’elle exploite depuis le 20 octobre 2016, en vertu d’un accord bilatéral entre la France et Madagascar, avec l’ambition de positionner deux vols Réunion-Antananarivo hebdomadaires et d’apporter 17 000 passagers régionaux supplémentaires par an.

Monopole contre dumping

Pour défendre le maintien de ses droits de trafic et « dénoncer les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix », Corsair a lancé une pétition en ligne.

Air Madagascar et l’État Malgache reprochent de leurs côtés à la filiale de TUI de « céder à la pratique des prix de dumping » sur cette liaison. Une pratique qui a des impacts négatifs sur la caisse d’Air Madagascar, avec une perte estimée à 800 000 dollars.

Le partenariat Air Austral et Air Madagascar visé

Le 28 février 2018, une réunion avec les autorités civiles française et malgaches s’est tenue à Paris. Selon Corsair, des discussions ont alors concerné le trafic additionnel apporté par Corsair, qui affirme avoir transporté d’avril à janvier plus de 19 000 passagers dont 13 000 clients sur le régional. Il a été question de savoir si la clientèle additionnelle était bien touristique, et pas uniquement malgache. Corsair maintient : « 60% des passagers additionnels sont réunionnais et seulement 15% des passagers malgaches. Il n’y a donc aucune raison objective aujourd’hui pour remettre en cause cette attribution de droits ».

En cas de retrait, Corsair pointe le danger que pourrait représenter  » une situation de monopole dans le contexte du récent partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar ». Affaire à suivre.